IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google a modifié les calculs relatifs aux émissions de CO2 dans Google Flights, ce qui donne l'impression que les voyages en avion sont plus propres,
La société est accusée de faire du greenwashing

Le , par Bill Fassinou

26PARTAGES

9  0 
Google aurait volontairement biaisé les données entrant dans le cadre du calcul des émissions de vols sur sa plateforme Flights. Lorsqu'on cherche un vol sur le portail Google Flights, on peut également voir quel est l'impact environnemental en équivalent CO2. Cependant, les observateurs ont récemment remarqué que cette valeur a massivement baissé depuis juillet 2022. Pour le trajet Seattle-Paris, il n'affiche plus que 521 kg au lieu de 1 070 kg. Cela donne l'impression que les voyages en avion sont plus écologiques, mais ce n'est pas le cas. L'entreprise a déclaré que cette décision a été prise en collaboration avec des "partenaires industriels".

L'enquête a été publiée la semaine dernière par la BBC et révèle que Google Flights a supprimé un facteur clé du réchauffement climatique de son calculateur d'émissions. Tout d'abord, Google Flights est un moteur de recherche de billets d'avion qui permet de parcourir le Web et de rechercher des vols et des prix. Parmi ses fonctionnalités, il permet aux utilisateurs d'estimer les émissions générées par chaque trajet. Google affirme que cette fonctionnalité aide à faire "des choix de voyage plus durables". Mais il y a un hic. Le mois dernier, Google a décidé d'exclure tous les impacts de l'avion sur le réchauffement climatique, à l'exception du CO2.

En effet, les vols ne polluent pas l'environnement uniquement par les émissions de CO2, mais les traînées de condensation contribuent également au réchauffement climatique. Ainsi, les autorités britanniques recommandent de multiplier les émissions de gaz nocifs pour le climat par un facteur de 1,9 afin d'obtenir une équivalence réaliste en CO2. C'est précisément ce que Google ne fait plus. Selon les experts en climatologie, les calculs de Google ne représentent désormais plus que la moitié de l'impact réel des vols sur le climat. Ils estiment que c'est inquiétant, d'autant que 9 recherches en ligne sur 10 sont effectuées par Google.



Cette décision pourrait avoir des répercussions importantes sur les décisions de voyage des internautes. Bien que l'aviation ne soit responsable que d'environ 2 % des émissions mondiales de CO2, le secteur est en fait responsables d'environ 3,5 % du réchauffement causés par l'activité humaine. Depuis 2000, les émissions auraient augmenté de 50 % et, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), le secteur devrait croître de plus de 4 % par an au cours des deux prochaines décennies. « Il sous-estime désormais considérablement l'impact global de l'aviation sur le climat », note le professeur David Lee de l'université métropolitaine de Manchester.

Google n'a pas fait une annonce publique lorsque le changement a été mis en œuvre, à l'exception d'une note publiée sur un compte de développeur sur GitHub. Google commence par dire qu'il a effectué ce changement à la suite de "récentes discussions avec des partenaires universitaires et industriels". Il reconnaît que ces facteurs sont "essentiels à inclure dans le modèle" et cite l'importance qui leur est accordée dans le dernier rapport de l'organe scientifique des Nations unies sur le climat, le GIEC. Toutefois, Google a déclaré que ce qui l'intéresse est "l'exactitude des estimations de vol individuelles" qu'il affiche aux consommateurs.

« Nous sommes fermement convaincus que les effets non liés au CO2 doivent être inclus dans le modèle, mais pas au détriment de la précision des estimations de chaque vol. Pour résoudre ce problème, nous travaillons en étroite collaboration avec des universitaires de premier plan sur des recherches qui seront bientôt publiées afin de mieux comprendre comment l'impact des traînées de condensation varie en fonction de facteurs critiques tels que l'heure de la journée et la région, ce qui nous aidera à refléter plus précisément ces informations aux consommateurs », a déclaré Google. Mais les écologistes restent sceptiques sur le sujet.

Les critiques, comme le Dr Doug Parr, scientifique en chef de Greenpeace au Royaume-Uni, estiment que ce n'est pas suffisant et que, même s'il est difficile d'estimer l'impact total sur l'environnement, l'on peut faire mieux. « La dernière chose qu'il devrait faire, c'est de blanchir discrètement l'impact planétaire de l'un des pollueurs les plus tenaces du monde. Nous sommes au milieu d'une véritable urgence climatique que les compagnies aériennes continuent d'alimenter - il est absolument vital que le plus grand moteur de recherche du monde donne des informations décentes sur l'empreinte climatique de cette industrie », a déclaré Parr.



Transport and Environment, un groupe qui fait campagne pour réduire l'impact environnemental des déplacements, partage cet avis. « Les connaissances scientifiques actuelles sont suffisantes pour affirmer que les effets autres que le CO2 représentent deux tiers de l'impact total de l'aviation sur le climat. L'industrie a caché ce problème pendant des décennies. Google devrait montrer aux clients les effets non-CO2 pour chaque vol, comme le Parlement européen a proposé de le faire », a-t-il déclaré. Les changements apportés par Google sont susceptibles d'avoir des effets de grande ampleur.

La méthode de calcul du carbone de Google est largement reconnue comme la norme du secteur de l'aviation. Elle est utilisée par Skyscanner, l'une des plus grandes agences de voyages en ligne du monde, qui accueille plus de 100 millions de visiteurs par mois. Un certain nombre d'autres grandes entreprises de voyages en ligne, dont Booking.com, Expedia, Tripadvisor et Visa, ont fait part de leur intention de l'utiliser également. Kate Brandt, responsable du développement durable chez Google, a déclaré que la société crée des outils permettant aux voyageurs et aux entreprises du monde entier de donner la priorité au développement durable.

Cependant, les experts du secteur affirment que la décision de changer sa méthodologie aura l'effet inverse. « Je crains que l'impact de l'équivalent de centaines de millions de tonnes de CO2 soit ignoré parce qu'il est devenu invisible pour les clients », a déclaré Kit Brennan, l'un des fondateurs de Thrust Carbon, une société britannique spécialisée dans l'aide aux entreprises pour réduire l'effet de leurs impacts sur le climat.

Il craint que les consommateurs n'en viennent à croire que les impacts non liés au CO2 sur le climat ne sont pas pertinents à long terme, malgré les données scientifiques qui contredisent cette opinion. Cela signifierait que jusqu'à 1,5 % du réchauffement causé par l'activité humaine serait ignoré et que la pression exercée sur les compagnies aériennes pour réduire leurs émissions serait atténuée en conséquence.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des changements apportés par Google à son calculateur d'émissions ?
Le secteur aéronautique est-il le partenaire idéal avec qui Google peut travailler sur ce sujet ?
Selon vous, en quoi cette décision pourrait-elle impacter la lutte contre le réchauffement climatique ?

Voir aussi

Les Big Tech investissent des millions dans la mauvaise solution climatique à Davos, ils devraient miser sur les énergies vertes et non sur l'élimination du CO2, selon des experts

Jeff Bezos annonce sur son compte Instagram qu'il consacrera 10 milliards de dollars de sa fortune pour lutter contre le changement climatique

Des astronomes appellent à une action en justice contre la pollution lumineuse de SpaceX, craignant que l'afflux de satellites sur l'orbite terrestre ne rende les observations plus difficiles au sol

Bill Gates va faire don de « la quasi-totalité » de sa fortune à sa fondation, « Je vais descendre et éventuellement sortir de la liste des plus riches du monde »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 31/08/2022 à 1:36
Quand les multinationales pseudo-gauchistes prétendent lutter contre le réchauffement climatique, voilà le résultat...



1  1