IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le tourisme spatial des milliardaires de la Tech pourrait créer des dommages astronomiques sur le climat
D'après une étude

Le , par Stéphane le calme

9PARTAGES

30  0 
Alors que les fusées s'envolent presque chaque semaine, que le tourisme spatial prend de l'ampleur et que l'on prévoit de retourner sur la lune d'ici dix ans, davantage de scientifiques s'inquiètent de l'impact négatif que les gaz d'échappement chauds des fusées pourraient avoir sur l'atmosphère, du sol jusqu'aux confins de l'espace. En effet, les fusées traversent l'atmosphère pour se rendre dans l'espace depuis plus d'un demi-siècle, mais jusqu'à présent, l'effet de leurs panaches d'échappement sur l'atmosphère n'était pas une préoccupation majeure. Comme les fusées voyagent très vite, elles ne passent que quelques minutes dans l'atmosphère.

De ce fait, leur impact était donc considéré comme minime. Aujourd'hui, alors que des entreprises privées telles que SpaceX d'Elon Musk, Blue Origin (Amazon) de Jeff Bezos, Virgin Galactic du milliardaire britannique Richard Branson et Rocket Lab, ainsi que des agences spatiales en Chine, au Japon, en Europe et en Russie, envoient plus de fusées dans l'espace que jamais, les scientifiques estiment qu'il est temps d'examiner l'impact à long terme de tous ces lancements sur l'atmosphère. Selon les estimations, 2021 a été une année record pour les lancements de fusées avec 160 tentatives et 146 réussites. Et là encore, il ne s'agit que d'estimations.

Les fusées utilisées pour le tourisme spatial pourraient potentiellement avoir un effet beaucoup plus important sur le climat mondial que le fonctionnement des avions traditionnels

À l'aide d'un modèle de chimie atmosphérique 3D, des chercheurs de l'University College London (UCL), du Massachusetts Institute of Technology et de l'Université de Cambridge ont examiné l'ozone stratosphérique et l'impact climatique des lancements de fusées, ainsi que les effets prévus dans le contexte de la course au tourisme spatial dans laquelle se sont lancés les milliardaires.

Les résultats ont été partagés dans leur recherche intitulée Impact of Rocket Launch and Space Debris Air Pollutant Emissions on Stratospheric Ozone and Global Climate.

L'équipe de recherche a découvert que lorsque les fusées introduisent de la suie - composée de particules de carbone noir - directement dans la haute atmosphère, leur rétention de chaleur est 500 fois supérieure au total de toutes les sources de suie des avions, ce qui entraîne un effet beaucoup plus important sur le climat.

« Les particules de suie provenant des lancements de fusées ont un effet climatique beaucoup plus important que les avions et d'autres sources terrestres, il n'est donc pas nécessaire d'avoir autant de lancements de fusées que de vols internationaux pour avoir un impact similaire », a déclaré le professeur agrégé de géographie physique à UCL Dr Eloise Marais, qui était coauteur de l'étude.

Actuellement, la perte totale d'ozone due aux fusées est assez mineure, mais la croissance projetée du tourisme spatial montre la possibilité que la couche d'ozone stratosphérique supérieure puisse s'appauvrir davantage au printemps dans l'Arctique, car les contaminants des engins spatiaux et le réchauffement causé par la rentrée des fusées sont particulièrement dommageables pour la couche d'ozone stratosphérique, selon le communiqué de presse de l'UCL.

Pour les besoins de calculs, des détails sur les produits chimiques des 103 lancements de fusées dans le monde en 2019 ont été rassemblés par l'équipe de recherche, ainsi que des données de rentrée de déchets spatiaux et de fusées réutilisables. Des expositions de Blue Origin, SpaceX et Virgin Galactic ont également été utilisées, et les chercheurs ont créé un scénario futur d'une industrie du tourisme spatial robuste.


« Un examen détaillé de l'impact des lancements spatiaux modernes sur l'atmosphère terrestre est crucial, compte tenu de l'essor des investissements dans l'industrie spatiale et de l'ère prévue du tourisme spatial. Nous développons des inventaires d'émissions de polluants atmosphériques pour les lancements de fusées et la rentrée de composants et de débris réutilisables en 2019 et pour un scénario de tourisme spatial spéculatif basé sur la récente course à l'espace milliardaire. Nous l'incluons dans le modèle global GEOS-Chem couplé à un modèle de transfert radiatif pour déterminer l'influence sur l'ozone stratosphérique (O3) et le climat. En raison de la récente augmentation des débris réintroduits et des composants réutilisables, les oxydes d'azote provenant du chauffage de rentrée et le chlore des combustibles solides contribuent de manière égale à l'ensemble de l'épuisement stratosphérique d'O3 par les fusées contemporaines ».

L'équipe a découvert qu'après seulement trois ans de lancements de fusées de tourisme spatial, le réchauffement causé par les émissions supplémentaires était plus de deux fois supérieur à celui des fusées actuelles. Cela est dû aux carburants hybrides en caoutchouc synthétique utilisés par Virgin Galactic et au kérosène utilisé par SpaceX.

« Ces résultats démontrent un besoin urgent de développer une réglementation environnementale pour atténuer les dommages causés par cette industrie en croissance rapide », ont écrit les chercheurs.

Les chercheurs ont également découvert que l'effet sur la couche d'ozone stratosphérique des lancements réguliers de fusées quotidiens ou hebdomadaires associés au tourisme spatial pourrait compromettre la reprise résultant de la mise en œuvre du Protocole de Montréal - une interdiction de 1987 sur les substances appauvrissant la couche d'ozone, a déclaré la presse de l'UCL.

« La seule partie de l'atmosphère montrant une forte récupération d'ozone après le Protocole de Montréal est la stratosphère supérieure, et c'est exactement là que l'impact des émissions de fusées frappera le plus durement. Nous ne nous attendions pas à voir des changements d'ozone de cette ampleur », a déclaré le Dr Robert Ryan, chercheur au département de géographie de l'UCL, co-auteur de l'étude, comme l'indique le communiqué de presse. « Cette étude nous permet d'entrer dans la nouvelle ère du tourisme spatial avec les yeux grands ouverts sur les impacts potentiels. La conversation sur la réglementation de l'impact environnemental de l'industrie des lancements spatiaux doit commencer maintenant afin que nous puissions minimiser les dommages à la couche d'ozone stratosphérique et au climat ».

Une autre étude avait déjà tiré la sonnette d'alarme

En mai, les résultats de l'étude intitulée « La pollution atmosphérique des fusées » ont été publiés. Elle a été menée par des scientifiques de l'université de Nicosie, à Chypre, Ioannis Kokkinakis et Dimitris Drikakis. Ils ont modélisé les effets des produits chimiques et de la chaleur dégagés par les échappements des fusées jusqu'à une altitude de 67 kilomètres. Les chercheurs ont déclaré qu'ils ont constaté qu'il y avait des effets importants sur le climat de la Terre. Ils ont comparé ces résultats à certaines données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La fusée utilisée pour le modèle était la fusée réutilisable Falcon 9 de SpaceX, qui effectue régulièrement des voyages dans l'espace pour livrer des satellites en orbite, ainsi que pour transporter des marchandises et des équipages vers la Station spatiale internationale. Il ne s'agit pas de la plus grande ni de la plus petite fusée, ce qui en fait un bon exemple moyen de vol de fusée. Il ne faut que huit minutes environ aux fusées pour se mettre en orbite après un départ arrêté. En fait, l'une des raisons pour lesquelles elles s'élèvent directement de la rampe de lancement est de traverser l'air aussi vite que possible pour réduire la traînée.

Mais pendant ce court laps de temps, ils brûlent des tonnes de carburant. Les neuf moteurs de la Falcon 9 brûlent du carburant RP-1, qui est une version raffinée du kérosène semblable au kérosène. Comme il s'agit d'un combustible fossile, il produit du dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre, dans ses gaz d'échappement. Les chercheurs ont constaté que la quantité de dioxyde de carbone émise lorsque la fusée monte d'un kilomètre dans la mésosphère est équivalente à celle contenue dans 26 kilomètres cubes d'air ambiant à cette même altitude.

Un autre aspect du vol d'une fusée est l'effet de la chaleur et de la pression du panache d'échappement sur l'air environnant. Les chercheurs ont constaté que cela peut chauffer directement l'atmosphère, éventuellement affecter l'ozone, et produire des oxydes d'azote, des polluants nocifs pour la santé humaine. Actuellement, ces oxydes d'azote gazeux créés sous des températures élevées à des altitudes plus basses sont emportés par les vents en altitude, de sorte que les impacts sont temporaires à des altitudes plus élevées. Mais les scientifiques craignent que l'augmentation prévue des voyages en fusée à l'avenir n'ait un effet cumulatif.

Ces résultats suggèrent qu'il est nécessaire d'étudier davantage la réaction de l'atmosphère à toutes les altitudes et de prendre en compte la conception future des moteurs de fusées et des carburants de remplacement afin de minimiser leur impact. Selon les auteurs de l'étude, l'un des changements possibles consiste à utiliser de l'hydrogène liquide au lieu du kérosène afin d'éliminer les émissions de carbone, bien que cette solution comporte son propre lot de difficultés, car le carburant est très froid et difficile à manipuler.

Mais les chercheurs rappellent que les fusées du passé, comme les moteurs principaux des navettes spatiales et les étages supérieurs des fusées lunaires Saturn V, utilisaient ce combustible avec beaucoup de succès. « Depuis des décennies, les fusées transportent des personnes et des marchandises hors de la planète ; il est maintenant temps de réfléchir à ce qu'elles laissent derrière elles », ont conclu les chercheurs.

Source : rapport de l'étude

Voir aussi :

Jeff Bezos apprécie vos efforts qui lui ont permis de réaliser son rêve de voyager dans l'espace, alors que les internautes ont comparé sa fusée à celle du méchant du film Austin Power
Richard Branson pense que la clé du succès réside dans une semaine de travail de trois jours, et ajoute que les progrès technologiques devraient pleinement soutenir la transition
SpaceX d'Elon Musk augmente le coût de Starlink à 710 dollars en mettant en cause l'inflation, le kit Starlink coûte maintenant 599 $ et l'abonnement mensuel 110 $

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de GLDavid
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 8:30
Citation Envoyé par smarties Voir le message
Occidentaux, ne surtout pas oublier d'acheter une voiture électrique ou hybride pour compenser
Et puis veillez à faire toutes sortes d'économies d'énergie, dixit le patron de Total
https://www.marianne.net/economie/consommation/total-demande-un-effort-aux-francais-alors-que-son-patron-a-double-son-salaire-lan-dernier
Rhooo! Faut tout vous dire à vous les pauvres!!! Non mais!!!
Laissez-nous, nous autres patrons, profiter de l'argent que vous nous rapportez
Citation Envoyé par Charles Bukowski
Comment diable un homme peut-il se réjouir d'être réveillé à 6h30 du matin par une alarme, bondir hors de son lit, avaler sans plaisir une tartine, chier, pisser, se brosser les dents et les cheveux, se débattre dans le trafic pour trouver une place, où essentiellement il produit du fric pour quelqu'un d'autre, qui en plus lui demande d'être reconnaissant pour cette opportunité ?
@++
10  0 
Avatar de smarties
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 8:21
Occidentaux, ne surtout pas oublier d'acheter une voiture électrique ou hybride pour compenser
9  0 
Avatar de skaarj
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 13:26
Des dizaines d'années plus tard nous ne sommes jamais retourné sur la Lune. Nous avons perdu la technologie dixit la NASA...

Et on nous parle de Mars, on nous parle de voyage spatial, ...

Des dizaines d'années plus tard on nous fera rêver avec des vidéos de milliardaires qui flottent dans leur vaisseau dans l'espace.
Ou des vidéos de colons vivant sur Mars.

Un peu comme les vidéos des astronautes marchant sur la Lune à l'époque où ils savaient le faire.

Lune d'où on n'est jamais retourné... Parce que technologie perdue... Parce que sur la Lune rien d'intéressant... Parce que c'est mieux de créer une station spatiale (ISS) qu'une base avec des scientifiques sur la Lune... Parce que avant d'aller sur Mars il n'est pas intéressant de voir comment on s'acclimate sur une base lunaire à quelques centaine de millier de kilomètre que plutôt à des centaines de millions... Tout est logique...

J'arrête, je suis en plein délire complotiste :-)

Vive la technologie ! Bienvenue dans leur réalité !
3  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 11:32
perso je m'applique un quota Carbonne par an que je calcul de cette manière: (co2 macron + co2 bernard arnaud + co2 Patrick Pouyanné)/3

Je prends ainsi comme référence la classe dirigeante qui nous demande des efforts.
Et accessoirement cela me permet de garder ma vielle diesel en ayant bonne conscience

Il ne faut pas être naïf, les 1er a nous dire quoi faire sont les 1er pollueurs

Je préfère crever en les emportant dans ma tombe que de me restreindre pour les faire vivre confortablement.
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 12:52
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le tourisme spatial des milliardaires de la Tech pourrait créer des dommages astronomiques sur le climat,
d'après une étude
Mais quelle surprise !!!!

Comme si c'était difficile de réaliser qu'un engin qui monte dans l'espace demande plus de puissance que tout le reste ...

Et l'armée américaine émet plus de gaz à effet de serre que de nombreux pays de le monde : https://sciencepost.fr/lenorme-empre...ee-americaine/
https://www.enviro2b.com/2019/11/18/...0-pays-reunis/
https://reporterre.net/Le-secteur-mi...pour-le-climat

Mais bon, c'est pour lutter contre le terrorisme ...
2  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 14:18
Citation Envoyé par abriotde Voir le message
Il est clair qu'il est inutile écologiquement parlant de jeter une voiture même polluante quelques soit son kilométrage pour en acheter une "écolo". Par contre les voitures arrivent toutes très vite en fin de vie (300 000 km et parfois avant) et
Heu la mienne à 412000km et elle roule encore très bien, suffit juste d'avoir acheter une voiture avec un bon moteur increvable (hdi 2.0)
Elle a été conçu et fabriqué en France, et c'est dommage qu'une vignette crit'air décidé par des bureaucrates la tue alors que des ingénieurs francais il y'a plus de 20ans se sont cassé le cul à faire une voiture et un moteur très solide.

Citation Envoyé par abriotde Voir le message
il est ridicule d'en acheter une autre qu'électrique pour plein de raison:
Bah si le prix... vous trouvez des véhicules diesel d'occasion à 10000€ quasi neuf, ou des voiture essence neuve.
L'électrique c'est tout de suite 20000€ minimum.
Sans parler de l'occasion ou si comme moi on est bricoleur, on trouve de bonne affaire à 2000€.

Maintenant,
1) si vous avez 20000€ à perdre, acheter une dacia spring, elle sera parfaite pour les trajets du quotidien
2) si vous avez 50000€ à perdre, oui acheter une bonne elctrique avec grosse batterie vous pourrez faire des gros trajets.

a perdre ? oui car une voiture c'est pas investissement, sa décotte, assez vite même, tout l'argent dépensé ne sera jamais regagné.

sachant que le salaire median en france est 2000€, acheter la dacia spring correspond donc à 2ans de travail, juste pour acheter une voiture

ca c'est pour la classe moyenne/riche, il faut savoir que y'a de + en + de pauvre dans ce pays, donc clairement acheter une électrique c'est au contraire la chose la plus idiote pour eux. acheter une vielle Peugeot 306 à 500€ et prendre des cours de bricolage serait plus judicieux si ils veulent manger et payer les factures.

On trouve des voitures électrique d'occasion, les zoé que j'ai trouvé à 5000e (le moins cher) ont des autonomies au mieux de 80km, c'est juste juste je trouve niveau autonomie.
si votre travail se trouve à 10-20km, autant se faire un vélo électrique comme moi, pour 1000€ on a un moteur de 500w montant à 50km/h et une autonomie de 50-70km un peu prés.

edit: y'a la citroen ami de pas cher (8000€), mais bon vu le peu de chose qu'elle peut faire concrètement c'est plus une charette électrique qu'une voiture, je me dis autant prendre un vélo électrique, ca coutera 8 fois moins cher, pas besoin de payer une assurance et ce sera facile à garer. Surtout si c'est pour aller juste au taff à 10km avec.
Ou les transports en commun, car c'est une voiture bridé à 50km/h donc une voiture exclusivement urbaine.

j'ai d'ailleurs bien rigolé en lisant un test de cette voiture:
ON AIME MOINS
Une finition perfectible (ébavurage de pièces)
Sièges pour fakir
L'absence de rétroviseur central (option)
Le prix (rapport prix/prestations)
2  0 
Avatar de BleAcheD
Membre averti https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 17:18
Et n'oubliez pas de baisser de 2°c le chauffage cet hiver
2  0 
Avatar de smarties
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 20:30
Citation Envoyé par BleAcheD Voir le message
Et n'oubliez pas de baisser de 2°c le chauffage cet hiver
On aura bientôt plus besoin avec le réchauffement climatique
2  0 
Avatar de mermich
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 21:31
Spacial et astronomique: beau titre
1  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 04/07/2022 à 13:22
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Je prends ainsi comme référence la classe dirigeante qui nous demande des efforts.
Et accessoirement cela me permet de garder ma vielle diesel en ayant bonne conscience
Je trouve le point des vieilles voitures polluantes intéressant parce que je me pose une question sérieuse : A partir de quel moment est il moins polluant d'acheter une voiture moderne (qui pollue moins) que de garder sa vieille voiture qui pollue?
L'achat d'une voiture est un acte ponctuel mais très polluant:
Tu achètes une voiture qui dont la production a été polluante
Tu te débarrasse d'une voiture dont la destruction est polluante ou alors elle est utilisée autre part et elle va continuer de polluer.

La Belgique et la France ont une philosophie très différente :
Le "Francais moyen" achète une voiture d'occas et la pousse à bout (au moment ou l'entretien est plus cher que de racheter un nouvelle voiture) alors que le Belge moyen renouvelle sa voiture régulièrement (soit via les voitures de société soit via le leasing).
Mais la course à la non pollution a surtout l'air d'être une course à la consommation.
Par exemple pourquoi la Belgique qui ne possède pas de grande industrie automobile consomme (ou à l'air de consommer) plus de voitures que la France dont l'un des fleuron de l'industrie est automobile?
Je ne m'expliques pas cet écart de mentalité.
0  0