IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google, Amazon et Apple sont accusés d'exagérer leurs actions en faveur du climat,
Et de se livrer à la pratique du greenwashing

Le , par Bill Fassinou

25PARTAGES

6  0 
Les plus grandes entreprises - y compris Google, Amazon et Apple - ne parviennent pas à atteindre leurs objectifs en matière de changement climatique. C'est la conclusion d'une étude portant sur l'impact climatique des 25 plus grandes entreprises au monde réalisé par le NewClimate Institute en collaboration avec Carbon Market Watch. L'étude a évalué la transparence et l'intégrité des principaux engagements en matière de climat de ces mastodontes. Ainsi, elle révèle qu'Apple, Sony et Vodafone ont une "intégrité modérée" en ce qui concerne leurs actions en faveur du climat, tandis qu'Amazon et Google font preuve d'une "faible intégrité".

Google ne se prive pas d'exposer ses mérites en matière de protection du climat et de réduction des émissions de carbone, insistant sur le fait qu'elle est la première grande entreprise à devenir neutre en carbone, à tirer 100 % de sa consommation d'électricité d'énergies renouvelables et à ne plus émettre de carbone d'ici 2030. De nombreuses autres entreprises font des déclarations similaires. Cependant, le rapport, intitulé "Corporate Climate Responsibility Monitor" publié par NewClimate Institute, basé en Allemagne, et Carbon Market Watch, à Bruxelles, allègue que la plupart de ces déclarations ne tiennent pas la route.



Selon le document, les 25 plus grandes entreprises du monde se sont engagées à réduire leurs émissions de 40 % seulement en moyenne à leurs dates cibles, et non pas de 100 % comme le prétendent leurs annonces de "zéro émission nette" et de "neutralité carbone". « Nous avons entrepris de découvrir le plus grand nombre possible de bonnes pratiques reproductibles, mais nous avons été franchement surpris et déçus par l'intégrité générale des affirmations des entreprises. Même les entreprises qui s'en sortent relativement bien exagèrent leurs actions », déclare Thomas Day du NewClimate Institute, l'auteur principal de l'étude.

Day estime en effet que l'objectif initial de l'étude était de découvrir les meilleures pratiques dans le monde des entreprises. Toutefois, les résultats n'ont pas été très encourageants, car l'intégrité des principales entreprises du monde s'est avérée douteuse. « L'accélération rapide des promesses des sociétés en matière de climat, combinée à la fragmentation des approches, signifie qu'il est plus difficile que jamais de distinguer le véritable leadership climatique de celui qui n'est pas fondé », indique l'étude. D'après l'enquête, Google, Amazon et Apple font partie des entreprises qui ne parviennent pas à se réorienter assez rapidement.

Prises ensemble, les 25 entreprises les plus précieuses au monde - qui ont réalisé un chiffre d'affaires de 3 200 milliards de dollars en 2020 et ont été à l'origine de 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre en 2019 - ont des plans climatiques qui sont plus faibles que la façon dont ils ont été présentés jusqu'à présent. Le NewClimate Institute indique que malgré leur importante empreinte carbone, elles ont un potentiel considérable pour mener la lutte contre le changement climatique. Mais ces entreprises font régulièrement de fausses déclarations ou des déclarations erronées sur leurs résultats.

Pour rappel, l'objectif net zéro signifie ne pas contribuer à la quantité de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Selon les experts, le monde doit atteindre cet objectif d'ici à 2050 pour limiter l'augmentation de la température mondiale. Pour y parvenir, les émissions doivent être réduites autant que possible, et celles qui restent doivent être compensées par l'élimination d'une quantité égale. Les entreprises sont libres de choisir leurs propres objectifs. Google, par exemple, a déclaré qu'elle n'émettrait plus de carbone d'ici 2030, tandis qu'Amazon a déclaré qu'elle serait "climatiquement positive" d'ici 2040.

Google ajoute également que l'entreprise est neutre en carbone depuis 2007. Mais le rapport explique : « bien que Google fasse preuve de leadership dans certains aspects de l'action climatique, ce résultat de neutralité carbone exclut en fait plus de la moitié des émissions du géant technologique en 2020 ». « Les émissions de Google ont augmenté au cours des trois dernières années. L'affirmation de neutralité carbone est en grande partie dérivée de crédits compensatoires et la portée de l'objectif de "neutralité carbone" n'est pas claire », a ajouté le rapport. Les déclarations des autres entreprises manqueraient également de clarté.

Dans le cas d'Amazon, le rapport indique : « l'objectif n'est pas justifié. Il n'y a pas un objectif de réduction explicite pour leurs propres émissions, et Amazon a l'intention de s'appuyer de manière significative sur la compensation carbone pour atteindre le zéro net ». Sony a déclaré qu'il sera climatiquement positif d'ici 2050, mais l'étude estime que la multinationale japonaise n'est pas tout à fait "correcte" en ce qui concerne son impact sur le climat. « Sony facilite l'examen en rendant ses informations sur les émissions disponibles au téléchargement, mais laisse ouverte la possibilité d'un rôle non spécifié pour les compensations », indique le rapport.



La compensation des émissions est une pratique controversée selon laquelle les entreprises polluantes paient pour des projets visant à réduire ou à éliminer le carbone ailleurs, généralement en entretenant des forêts ou en faisant pousser de nouveaux arbres. Les groupes de défense du climat critiquent vivement les compensations de carbone, affirmant qu'elles permettent de continuer à émettre des gaz à effet de serre dans le cadre d'une approche habituelle. Les partisans de ces mesures affirment qu'elles constituent un outil utile pour enrayer la crise climatique.

Les émissions sont produites par divers facteurs, notamment le transport des marchandises et l'énergie consommée dans les usines et les magasins. L'enquête a attribué à chaque entreprise une note d'"intégrité". Celle-ci révèle que si certaines entreprises obtenaient des résultats relativement bons en matière de réduction des émissions, toutes pouvaient faire mieux. Aucune n'a obtenu la note "intégrité élevée". En outre, l'enquête a porté sur des éléments tels que la divulgation des émissions sur une base annuelle, la ventilation des sources d'émissions et la fourniture d'informations de manière claire et intelligible.

Amazon, Google et Deutsche Telekom figurent parmi les entreprises qui ont reçu la note "faible intégrité". En revanche, Apple, Sony et Vodafone s'en sortent mieux en obtenant une note d'"intégrité modérée". Enfin, les auteurs de l'étude estiment qu'il est impératif de mettre fin à cette tendance au greenwashing (écoblanchiment), car la façon dont les entreprises parlent publiquement de leurs engagements climatiques est considérée comme un problème. « Les publicités trompeuses des entreprises ont un impact réel sur les consommateurs et les décideurs politiques », a déclaré Gilles Dufrasne, responsable politique chez Carbon Market Watch.

L'étude note qu'"il y a un fossé entre la communication et l'exécution". Il est donc difficile pour les consommateurs de déterminer la vérité. Selon l'étude, les émissions en amont, telles que la consommation d'électricité par les consommateurs utilisant les téléphones, ordinateurs portables et autres appareils Apple, représentent 70 % de l'empreinte climatique d'Apple. Ces émissions seraient souvent négligées par les entreprises dans leur stratégie climatique.

« Nous sommes trompés en croyant que ces entreprises prennent des mesures suffisantes, alors que la réalité est loin d'être le cas. Sans plus de réglementation, cela va continuer. Nous avons besoin que les gouvernements et les organismes de réglementation prennent le relais et mettent fin à cette tendance au greenwashing », a ajouté Dufrasne.

Source : NewClimate Institute (1, 2)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du manque d'intégrité des grandes entreprises en ce qui concerne leur impact sur le climat ?
Selon vous, l'État et les régulateurs devraient-ils obliger les entreprises à s'engager pleinement dans l'atteinte de leurs objectifs climatiques ?

Voir aussi

Green IT : le cloud est-il vert ? Selon IDC, il pourrait empêcher l'émission d'un milliard de tonnes de CO2 d'ici 2024, et même plus si son adoption continue

L'empreinte carbone de l'informatique mondiale est plus importante que les estimations précédentes, il génère plus de gaz à effet de serre que l'industrie aéronautique

France : des députés votent un amendement qui vient définir et sanctionner le greenwashing, considéré comme étant une « pratique commerciale trompeuse »

Le numérique est responsable de 2,5 % de l'empreinte carbone de la France, selon un rapport de l'Arcep et l'agence de la transition écologique

Les grandes entreprises technologiques sous-déclarent leur empreinte carbone, selon une étude

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 9:28
QUOI ! ?
Les GAFAM font du greenwashing depuis des années, ho la la, la surprise, personne ne s'en doutait, je suis extrêmement surpris et choqué par cette nouvelle.

Bientôt dans la prochaine étude, on vous révèlera que les politiciens font pareil ! incroyable !
6  0