IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Valider une seule transaction sur le réseau Bitcoin génère la même quantité de déchets électroniques que jeter deux iPhone 12 à la poubelle
Prévient un récent rapport du MIT

Le , par Olivier Famien

76PARTAGES

7  0 
Valorisé actuellement à plus de 47 000 dollars, le bitcoin est de loin la monnaie cryptographique la plus chère au monde. Les adopteurs précoces qui ont flairé depuis longtemps le potentiel de cette monnaie se frottent les mains aujourd’hui et espèrent une progression exponentielle du cours de cette monnaie. Cette situation qui n’a pas laissé indifférentes de nombreuses personnes et institutions a attiré de nouveaux investisseurs qui ont fait le grand saut dans l’aventure bitcoin. Mais le revers de la médaille est que le succès de cette monnaie ne se fait pas sans conséquence sur l’environnement. Il y a quelques moins d’un mois, l’université de Cambridge annonçait que le bitcoin consomme plus d’énergie électrique par an que l’Argentine tout entière. Si cela n’est pas suffisant pour soulever les inquiétudes concernant les monnaies cryptographiques en général et le bitcoin en particulier, une nouvelle analyse d’économistes de la banque centrale néerlandaise et du MIT révèle qu’une seule transaction du bitcoin génère la même quantité de déchets électroniques que jeter deux iPhone 12 à la poubelle.

Le problème de consommation d’énergie par le réseau Bitcoin : une affaire qui date de longtemps

Depuis plusieurs années, les acteurs de l’environnement n’ont de cesse de tirer la sonnette d’alarme sur les désastres écologiques que pourraient occasionner le réseau bitcoin et ses monnaies dérivées. Déjà en 2016, une étude avançait que le réseau Bitcoin étant très énergivore, il pourrait consommer autant d’énergie que le Danemark d’ici 2020. Nous sommes en 2021 et la consommation actuelle d’énergie du Bitcoin par an excède largement celle du Danemark. En 2018, une étude publiée dans la revue Nature Climate Change et menée par un étudiant de l’université d’Hawaï à Manoa a conclu que si le bitcoin est adopté à un niveau similaire à celui des autres technologies comme les cartes de crédit, il pourrait favoriser une augmentation de la température mondiale de 2 °C en moins de deux décennies. Sachant qu’un rapport des Nations Unies sur les changements climatiques a révélé qu’une augmentation de la température de plus de 1,5 °C aurait des effets climatiques irréversibles et catastrophiques, nous avons une idée du danger que la planète court si rien n’est fait. Plus récemment au mois de mars dernier, ce fut au tour du chercheur néerlandais Alex de Vries, fondateur de Digiconomist, d’annoncer sur la base d’un rapport reçu que la consommation d’énergie du bitcoin pourrait être proche de la consommation collective de tous les centres de données du monde réunis, et pourrait avoir des implications importantes pour l’environnement et la politique mondiale.

Comment en est-on arrivé là ?

Pour mieux comprendre pourquoi cette monnaie et son réseau qui la soutient sont décrits comme peu respectueux de l’environnement, il faut savoir que pour valider les transactions de la chaîne des blocs du Bitcoin, cette monnaie cryptographique doit être minée, c’est-à-dire qu’il faut utiliser les ressources matérielles et énergétiques pour effectuer des calculs mathématiques complexes afin de valider les transactions de la chaîne des blocs. Dans ses débuts, l’extraction de bitcoins s’effectuait à l’aide des unités centrales de traitement (CPU) des ordinateurs. À la fin de la première année de Bitcoin (2009), on s’est rendu compte que le minage pouvait également être effectué à l’aide d’unités de traitement graphique (GPU). Il faut noter que les GPU extraient le bitcoin plus rapidement que les CPU. Vers 2011, les mineurs ont commencé à passer aux réseaux de portes programmables (FPGA). Et en 2013, les mineurs ont commencé à utiliser des circuits intégrés spécifiques à une application (ASIC) pour extraire les bitcoins. Comme son nom l’indique, les puces ASIC sont câblées pour effectuer un seul type de calcul (contrairement aux FPGA qui peuvent être reprogrammés pour d’autres types d’applications). Cela garantit que toutes les ressources sont optimisées pour la tâche de génération de hachages.

En plus de consommer de grandes quantités d’énergie pour générer de nouveaux blocs dans la chaîne des blocs, cette activité de minage a également pour effet de produire de la chaleur. À grande échelle et à long terme, cela a des conséquences énormes sur l’environnement. Mais il n’y a pas que ce problème d’énergie que l’extraction du bitcoin occasionne.


Bitcoin, ça pompe de de l'énergie, mais pas que ça…

Selon l’analyse effectuée par les chercheurs Alex de Vries et Christian Stoll qui ont publié le récent rapport, le minage du bitcoin contribue également à générer une quantité énorme de déchets électroniques (abrégé e-waste en anglais). Pour être plus explicites, les chercheurs avancent qu’étant donné que les puces ASIC sont vendues dans le seul but de confirmer les transactions et de les consigner dans le registre des blocs, les mineurs doivent constamment remplacer leurs matériels lorsqu’un nouveau modèle plus économe en énergie et plus performant est disponible. Cette situation fait que « la durée de vie des dispositifs d’extraction de bitcoins reste limitée à seulement 1,29 an », soulignent les chercheurs. Et vu qu’en 2020, le réseau Bitcoin a traité 112,5 millions de transactions (contre 539 milliards traitées par les prestataires de services de paiement traditionnels en 2019), cela signifie pour les chercheurs « qu’en moyenne, Bitcoin génère 272 g de déchets électroniques par transaction traitée sur la blockchain », ce qui correspond au poids de deux iPhone 12 mini. En s’appuyant sur ces chiffres, les chercheurs « estiment que l’ensemble du réseau bitcoin parcourt actuellement 30,7 kilotonnes d’équipements par an. Ce nombre est comparable à la quantité de petits déchets d’équipements informatiques et de télécommunications produits par un pays comme les Pays-Bas », ajoutent les chercheurs. En sus, les chercheurs soutiennent que le problème des déchets électroniques augmentera probablement encore si le prix du bitcoin continue d’augmenter, car cela incitera à investir davantage dans le matériel ASIC et à remplacer.

Quelles solutions pour régler le problème des déchets électroniques ?

Pour régler ce problème de déchets électroniques et par la même occasion de consommation énergétique des monnaies cryptographiques en général et du bitcoin en particulier, les chercheurs proposent de remplacer le processus d’extraction du bitcoin dans « son intégralité par une alternative plus durable ». À ce niveau, certaines alternatives ont commencé à faire surface. Ethereum, le deuxième plus grand réseau après le Bitcoin envisage de passer du modèle de preuve de travail pour valider les transactions sur sa blockchain au modèle de preuve d’enjeu. En théorie, cela pourrait résoudre un tant soit peu ces problèmes susmentionnés en espérant que d’autres problèmes imprévus ne surgiront pas. Mais pour l’instant, rien n’est encore fait. Chia, une plus récente monnaie cryptographique a opté pour une autre solution qui est la preuve de temps et d’espace. En gros, cette cryptomonnaie fonde son minage sur la quantité d’espace de stockage libre disponible sur la mémoire SSD ou le disque dur. Avec cette option, à terme, on pourrait se retrouver à la case départ avec un grand nombre de disques durs ou SSD en panne à cause de leur surexploitation.

Source : Rapport de l’étude

Et vous ?

Que pensez-vous du problème de déchets électroniques soulevés dans ce rapport ? Réel ou grossièrement alarmiste ?

Selon vous, quelles solutions pourraient régler les problèmes occasionnés par le bitcoin ?

Voir aussi

L’énergie consommée par une transaction Bitcoin équivaut à celle de 8 foyers en un jour, selon une étude de Digiconomist
Le bitcoin consomme plus d’énergie électrique par an que l’Argentine tout entière, suggère une analyse de l’université de Cambridge : peut-il faire oublier cette tare en s’imposant comme monnaie ?
61 % de l’énergie pour le minage du bitcoin proviendraient des combustibles fossiles, l’extraction du bitcoin ralentirait la transition vers des alternatives vertes
Un hacker écolo lance un appel à la destruction du réseau Bitcoin : « Nous pouvons éclater cette bulle financière irrationnelle et destructrice via des attaques informatiques ciblées et répétées »
Le bitcoin pourrait consommer autant d’énergie électrique que l’ensemble des centres de données dans le monde, avec une empreinte carbone équivalente à celle de Londres

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 18/09/2021 à 21:13
Citation Envoyé par Kikuts Voir le message
Je serai curieux de lire une étude qui analyse combien d'énergie, d'électronique l'équivalent en banque.
C'est déjà fait, une transaction bitcoin consomme un peu plus de 700 000 fois plus qu'une transaction classique. Le principe même du Bitcoin : les transaction doivent être inutilement complexe a gérer. C'est une conséquence de la sécurisation par du système "proof of work" pour que une seule personne ne puisse pas avec sa seule puissance de calcul fausser la blockchain.

Citation Envoyé par Kikuts Voir le message
Parce que c'est bien beau de jeter des pierres sur les cryptomonnaies dont le Bitcoin, mais si on compte une petite banque,
Il y a des serveurs, des bâtiments, des salariés qui consomment pour vivre et pollue, renouvèlent leurs iPhone tous les 2 ans, leur ordi portable tous les 3 / 4 ans.
Un banque assure bien plus de services (prêts, placements, ...) que ce que permet le bitcoin qui ne sert qu'à assurer des transactions, c'est ces services qui requièrent du personnel avec des ordinateurs individuels. Remplacer les transaction en devises par du bitcoin ne fera pas disparaitre cette activité.
Le traitement des transactions, en soi, consomme en fait très peu.

Citation Envoyé par Kikuts Voir le message
Ils achètent beaucoup de chose durant leur vie : combien de voiture, TV, électroménager, vêtement, nourriture etc.
Ils se déplacent en voiture et relâchent du CO2, ils ont des climatiseurs chez eux. Ils ont accès à nos comptes et peuvent en déduire nos habitudes. Et certains utilisent même le Bitcoin.
Ils vont se reproduire alors que la planète est surpeuplée. Une véritable honte ces banquiers
Alors qu'avec les puces ASIC, on sait à quoi s'en tenir !
Cette définition correspond probablement encore plus à l'utilisateur de Bitcoin lambda qu'au banquier.
14  2 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 21/10/2021 à 16:50
Le bitcoin établit un nouveau record dans son histoire en franchissant la barre des 66 000 dollars,
porté par le lancement d'un produit financier à Wall Street lié à la cryptomonnaie

Le bitcoin a atteint les 66 923 $ ce 20 octobre 2021, marquant une reprise complète après un marasme de plusieurs mois. La crypto-monnaie a dépassé sa valeur record précédente de 64 889 $ établi en avril. Le bitcoin qui s'échangeait pour moins d'un dollar il y a 12 ans, a connu une hausse de plus de 50% sur un mois et de plus de 400% sur un an. Ce nouveau record intervient alors que le premier ETF adossé à des contrats à terme sur la cryptomonnaie a été lancé la veille. Plus de 24 millions de titres de cet ETF ont été échangés mardi.

Au début de l’année 2017, le bitcoin était coté à 1000 dollars. Quelques mois plus tard et plus précisément en mai 2017, la valeur de cette monnaie est passée à 2000 dollars. Durant le mois d'août 2017, le cap des 4000 dollars fut franchi et en octobre 2017, la cryptomonnaie a atteint les 5000 puis 6000 dollars. Bien que l’indice de croissance du bitcoin par rapport à sa valeur d’origine fût déjà élevé, l’on était loin de se douter que les mois à venir allaient être encore plus intéressants pour cette monnaie. En novembre 2017, la valeur de la monnaie cryptographique a encore grimpé pour passer à 8000 dollars l’unité puis à 10 000 dollars. À la mi-décembre 2017, le cours du bitcoin a battu tous les records en atteignant la valeur de 20 000 dollars.

Cette croissance exceptionnelle de l’année 2017 a eu comme conséquence un attrait sur de nombreuses personnes qui ont parfois investi des ressources financières considérables dans l’optique de tirer également profit des gains que pourrait procurer cette monnaie. Il faut souligner que de nombreux projets ont fleuri dans cette même période avec comme arguments la possibilité d’investir dans ces projets basés sur la technologie Bitcoin pour récolter plus tard des bénéfices lorsque ces projets porteront leurs fruits.

Toutefois, l’ascension marquée du bitcoin en 2017 n’a pas pu s’étendre à l’année 2018 et en février 2018, c’est-à-dire 2 mois après avoir atteint le pic de 20 000 dollars, la valeur de la cryptomonnaie a commencé à montrer des signes d’essoufflement. De 20 000 dollars en décembre 2017, l’on est passé à 6000 dollars en février 2018. Cette baisse de régime a continué au cours des mois qui ont suivi et fin novembre 2018 la valeur du bitcoin était négociée à environ 3850 dollars, puis à 3200 dollars en décembre 2018, selon les données de CoinMarketCap, la plateforme de capitalisation boursière des monnaies cryptographiques.

Le bitcoin valait moins de 10 000 dollars il y a un an. Il a franchi les 20 000 dollars mi-décembre, les 30 000 début janvier et les 40.000 puis les 50.000 en février.

La hausse du bitcoin s'est accélérée avec l'adoption de la cryptomonnaie par plusieurs groupes financiers, comme les gestionnaires d'actifs BNY Mellon et BlackRock ou le géant des cartes de crédit MasterCard, et les investissements importants du constructeur de voitures électriques Tesla, du spécialiste des paiements Square ou de l'éditeur de logiciels MicroStrategy. Michael Saylor, le fondateur de MicroStrategy, a déclaré que son entreprise avait acquis 175 millions de dollars supplémentaires en bitcoins (BTC) en un seul achat : « le 14 septembre 2020, MicroStrategy a finalisé son acquisition de 16 796 bitcoins supplémentaires pour un prix d'achat total de 175 millions de dollars. À ce jour, nous avons acheté un total de 38 250 bitcoins pour un prix total de 425 millions de dollars qui incluent les frais et dépenses ».

En octobre, PayPal Holdings a annoncé son entrée sur le marché de la cryptomonnaie, selon plusieurs rapports. Les clients PayPal pourront utiliser des cryptomonnaies pour faire leurs achats chez les 26 millions de marchands de son réseau à partir de début 2021, a déclaré la société.

Un nouveau record établi

La plus grande crypto-monnaie semble avoir reçu un coup de pouce mardi depuis le lancement de l'ETF ProShares Bitcoin Strategy, le premier fonds négocié en bourse approuvé par la Securities and Exchange Commission des États-Unis pour investir dans les contrats à terme sur bitcoins.

Le nouveau fonds, négocié à la Bourse de New York sous le symbole BITO, a collecté 570 millions de dollars d'actifs le premier jour et a accumulé 1 milliard de dollars de volume de transactions, le classant parmi les lancements les plus réussis de tous les temps.

La Securities and Exchange Commission avait jusqu’ici toujours refusé les demandes de ce type, depuis 2013 — au moins dix gestionnaires d’actifs auraient demandé cette certification, sans succès. Raison avancée : il n’y aurait pas eu assez de preuves, à l’époque, que le marché du bitcoin pouvait résister aux tentatives de manipulation.

Dans les semaines à venir, plusieurs autres ETF basés sur des contrats à terme sur bitcoins pourraient faire leurs débuts aux États-Unis, ouvrant ainsi la possibilité aux investisseurs américains avertis de la cryptographie de participer à ce que l'on appelle une stratégie d'arbitrage « cash and carry ».

La première séance d'échanges semble avoir été un succès, puisque l'ETF a connu 24,4 millions d'échanges et fini en nette hausse.

« Cela prouve qu'il y a un appétit fort pour une exposition au bitcoin », commente Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets, qui remarque cependant que l'achat de cet ETF ne représente pas un investissement direct dans le bitcoin.

En effet, ces ETF achèteraient des contrats à terme bitcoin, sur des sites réglementés tels que le Chicago Mercantile Exchange (CME), dans le but de reproduire la performance des prix de la crypto-monnaie au lieu d'acheter du bitcoin réel. En clair, en achetant des parts de ce nouvel ETF, les investisseurs ne vont pas miser directement sur des bitcoins. Leur argent sera placé sur des contrats à terme liés au bitcoin. L'aspect indirect de ce placement était fondamental aux yeux du régulateur américain des marchés, la SEC, qui a régulièrement alerté sur l'importante volatilité du bitcoin.

Il faut dire que les régulateurs peinent à se positionner sur le sujet des cryptomonnaies, dont le réseau décentralisé est difficile à contrôler.

Depuis janvier 2021, le cours du bitcoin a explosé, passant d’une valorisation à moins de 30 000 dollars à plus de 60 000 dollars, avant de s’écrouler, jusqu’à replonger sous le seuil symbolique 30 000 dollars en juin 2021. Pour mémoire, en octobre 2020, il y a donc tout juste un an, un bitcoin ne valait « que » 12 000 dollars : il s’agit donc d’une augmentation de plus de 400 % en un an.


Une cryptomonnaie au centre de la controverse

Christine Lagarde préoccupée par le rôle du Bitcoin dans la facilitation des activités criminelles

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, s'est attaquée au rôle de Bitcoin dans la facilitation des activités criminelles, affirmant que la cryptomonnaie a mené à « des activités malveillantes ».

« Pour ceux qui avaient supposé qu'elle pourrait se transformer en monnaie – désolé, mais c'est un atout et c'est un actif hautement spéculatif qui a mené des activités malveillantes ainsi que des activités de blanchiment d'argent lucratives et totalement répréhensibles », a déclaré Lagarde dans un événement en ligne organisé par Reuters.

Selon elle, « il doit y avoir une réglementation, qui doit être appliquée et approuvée[...] au niveau mondial, car s’il y a des failles, alors ces failles doivent être comblées. » Lagarde estime que la réglementation du Bitcoin pourrait être initiée au niveau du G7, puis transférée au G20, et ensuite étendue à d’autres pays.

Les préoccupations concernant le blanchiment d'argent et la capacité des entreprises financières à connaître l'identité de leurs clients ont été au premier plan du débat sur la cryptomonnaie. Alors que les critiques affirment que des instruments comme Bitcoin facilitent le transfert illicite de fonds, les défenseurs de la cryptomonnaie affirment que le réseau de registres numériques connu sous le nom de blockchain permet de tracer l'argent plus facilement que l'argent liquide et peut en fait aider les forces de l'ordre.


Bitcoin est un schéma de Ponzi postmoderne pour le développeur Haskell Stephen Diehl

Le développeur Haskell Stephen Diehl, auteur de What I Wish I Knew When Learning Haskell, estime que Bitcoin est le Ponzi postmoderne :

« Un stratagème classique de Ponzi est une fraude financière dans laquelle des individus effectuent des manipulations bancaires ainsi que des manipulations des états comptables pour payer continuellement de nouveaux investisseurs grâce à d'anciens investisseurs tout en maintenant l'illusion des rendements. En termes économiques, investir dans un système de Ponzi est un jeu à somme négative et est une forme de jeu comme le poker ou la roulette. Le jeu est une consommation et, contrairement aux entreprises productives, rien de valeur n'est créé à partir du processus. Il y a une réserve d'argent fixe et chaque personne qui fait un profit le fait nécessairement au détriment de quelqu'un d'autre qui perd. Tout gagnant unique est nécessairement payé par plusieurs perdants. Les jeux à somme négative ne génèrent pas, dans l'ensemble, de la richesse ou de l'utilité et redistribuent simplement les fonds d'entrée à différents participants. Il y a un rendement attendu négatif de s'engager dans cette classe d'activités.

« Dans le programme de vingt ans de Bernie Madoff, de nombreux investisseurs ont vraiment gagné de l’argent, et investir dans des projets de Ponzi au bon moment peut en effet vous rendre très riche. Certaines personnes deviennent également extrêmement riches en jouant à la roulette, mais ce n'est pas le cas de la majorité et vous n'entendrez jamais parler de ceux qui ont tout perdu. C'est l'essence de la raison pour laquelle les stratagèmes de Ponzi sont illégaux et considérés comme une forme de fraude, ils sont une forme de jeu d'argent qui dépend de l'asymétrie de l'information et de la collusion où le reste de la société supporte les coûts et les externalités négatives pour aider les victimes lorsque la musique s'arrête inévitablement et qu'il n'y a plus de chaises.

« Bitcoin n'est pas différent. L'achat d'un bitcoin, c'est acheter une entrée dans une base de données comptable, une collection de bits extrêmement coûteuse. Il n'a aucune manifestation dans le monde réel, ne produit rien, n'a pas d'actifs, de revenus, de clients, de trésorerie ou de dividendes. La valeur actuelle nette du bitcoin est nulle et ne peut jamais être différente de zéro. Cette valeur provient uniquement d’une forme de spéculation récursive, une illusion selon laquelle davantage de victimes viendront à spéculer dans la spéculation, perpétuant ainsi l’escroquerie et faisant monter la “valeur “ spéculée plus haut. C'est un contrat à terme avec un sous-jacent sur la crédulité humaine, un pari qu'il y aura plus d'imbéciles à l'avenir pour payer les imbéciles actuels. Einstein a dit un jour: “ Deux choses sont infinies: l'univers et la stupidité humaine; et je ne suis pas sûr pour ce qui concerne l'univers“ et dans l'étrange monde à l'envers d'aujourd'hui, vous pouvez désormais investir dans la thèse d'Einstein et cela s'appelle Bitcoin.

« Une réserve de valeur ne peut pas être basée uniquement sur la foi en une réserve inépuisable d'imbéciles prêts à payer monotonement davantage pour quelque chose indéfiniment. Il devrait être intuitivement évident pour chaque écolier que ce jeu de chaises musicales ne peut pas durer éternellement et ne durera pas. La réalité a une manière de s'affirmer et à un moment donné, ce schéma épuisera le bassin des imbéciles qui se retrouveront en train de prendre une part pathétique dans l'illusion collective d'une non-monnaie totalement inutile dans le monde réel. Les bitcoins sont totalement inadaptés à des fins monétaires, ils ne soutiennent aucune activité économique, ne sont pas adaptés aux transactions en tant qu'unité d'échange et ne peuvent jamais remplir aucune fonction au-delà d'une bulle spéculative vide ».


Le bitcoin est le meilleur investissement de ces dix dernières années, selon Bank of America

Bank of America (BofA) a publié un rapport en décembre 2019 dans lequel elle indique que le bitcoin représente l’investissement le plus abouti de ces dix dernières années, affirmant que les investisseurs qui ont investi 1 $ en 2010 avaient en décembre 2019 90 026 dollars. Dans le rapport, les experts de la BofA ont abordé, entre autres, les meilleurs et les pires actifs en matière d'efficacité des investissements des dix dernières années.

Et vous ?

Que pensez-vous des cryptomonnaies en général et du bitcoin en particulier ?
Avez-vous déjà acheté de la cryptomonnaie ? Si oui, laquelle ? Si non, l'envisagez-vous ?
Penchez vous du côté de ceux qui considère le bitcoin comme une valeur refuge comparable à l'or, ou plutôt du côté de ceux qui le voit comme une bulle spéculative géante sur le point d'éclater ?
Que pensez-vous des propos de Christine Lagarde qui a exprimé sa préoccupation quant au rôle du bitcoin dans la facilitation des activités criminelles ?
Partagez-vous l'avis du développeur Haskell Stephen Dieh qui voit dans le bitcoin un schéma de Ponzi postmoderne ?
Que pensez-vous de l'analyse de Bank of America qui estime que le bitcoin est le meilleur investissement de ces dix dernières années ?

Voir aussi :

Une société de minage de Bitcoin achète une centrale électrique pour répondre à ses besoins en électricité
Valider une seule transaction sur le réseau Bitcoin génère la même quantité de déchets électroniques que jeter deux iPhone 12 à la poubelle, prévient un récent rapport du MIT
« Le bitcoin est répugnant et contraire aux intérêts de notre civilisation », d'après le milliardaire Charlie Munger, qui fait suite à Bill Gates qui est d'avis qu'il est mauvais pour la planète
Le taux de hachage du minage du bitcoin chute avec l'instauration de coupures de courant en Chine, entraînant la plus importante cryptomonnaie du monde dans une chute de 14 % dimanche
6  1 
Avatar de JackIsJack
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 18/09/2021 à 8:55
Ça pourrait être marrant un réseau bitcoin qui aurait une preuve de travail basée sur des actions exclusivement accomplissables par des humains, sans machine.

Ça ne serait plus la bataille à "la machine la plus puissance" mais au groupe d'humain qui parvient à créer le plus de confiance autour d'eux (par X moyens possibles) et libre aux gens de souscrire ou pas à leurs services. Tiens, ça pourrait s'appeler des banques.
5  1 
Avatar de nicopulse
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 17/09/2021 à 20:05
A oui, autant investir dans l'immobilier.
2  0 
Avatar de matd53
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/09/2021 à 10:46
Citation Envoyé par NarcisseAmani Voir le message
En lisant bien, j'ai compris que ce problème ne sera pas résolu aussi facilement vu la monté croissante de Bitcoin et d'autres cryptomonnaies. Qu'est-ce qui se passera lorsque ces autres crypto auront atteint un niveau aussi élevé ?
Quelles peuvent être les solutions pour limiter ces genres de problème?
Nous voyons seulement le réchauffement climatique et autre problème qui nous menacent mais on ne regarde pas vraiment du côté numérique 🙄
Quelles peuvent être les solutions pour limiter ces genres de problème? --> Interdire le bitcoin par la législation, dans tous les pays. C'est une aberration écologique qui n'apporte rien à la société, posant bien plus de problèmes qu'il n'en résout.
4  2 
Avatar de sergio_is_back
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/09/2021 à 12:46
Citation Envoyé par yannickt Voir le message
Le problème avec le sujet Bitcoin, c'est qu'on arrive très vite, voir tout de suite avec des arguments fake des deux côtés et toute tentative de débat constructif est tout de suite transformé en guerres de tranchées et/ou d'égos stériles.
Je dirais plutôt que le problème du Bitcoin c'est : A quoi ça sert ?

Si cramer autant d'énergie et matériel électronique ne sert strictement à rien, pas la peine de continuer...

Pour l'instant à part (et presque uniquement) à spéculer, le Bitcoin est totalement inutile

Certains diront qu'il permet de s'affranchir du système bancaire, certes, mais on peut aussi acheter de l'or et le garder chez soi, puis le revendre à une boutique lorsqu'on a besoin de liquidités, on s’affranchit aussi du système bancaire...
4  2 
Avatar de Charrette
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/09/2021 à 8:23
La Chine vient d'interdire officiellement le bitcoin et les cryptomonnaies donc il va continuer sa baisse
2  1 
Avatar de thamn
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/09/2021 à 1:40
Citation Envoyé par JackIsJack Voir le message
Ça pourrait être marrant un réseau bitcoin qui aurait une preuve de travail basée sur des actions exclusivement accomplissables par des humains, sans machine.

Ça ne serait plus la bataille à "la machine la plus puissance" mais au groupe d'humain qui parvient à créer le plus de confiance autour d'eux (par X moyens possibles) et libre aux gens de souscrire ou pas à leurs services. Tiens, ça pourrait s'appeler des banques.
Mouai rien de nouveau sous le soleil, quand fallait ramasser du coton à la main, a la place d'exploiter des puces ASIC pour tout foutre en l'air on foutait tout en l'air mais en exploitant des gens, ca s'appelle l'esclavage..
T'es vraiment sur que ca serait marrant?
1  1 
Avatar de NarcisseAmani
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 24/09/2021 à 8:56
En lisant bien, j'ai compris que ce problème ne sera pas résolu aussi facilement vu la monté croissante de Bitcoin et d'autres cryptomonnaies. Qu'est-ce qui se passera lorsque ces autres crypto auront atteint un niveau aussi élevé ?
Quelles peuvent être les solutions pour limiter ces genres de problème?
Nous voyons seulement le réchauffement climatique et autre problème qui nous menacent mais on ne regarde pas vraiment du côté numérique 🙄
0  0 
Avatar de NarcisseAmani
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 25/09/2021 à 11:59
Citation Envoyé par matd53 Voir le message
Quelles peuvent être les solutions pour limiter ces genres de problème? --> Interdire le bitcoin par la législation, dans tous les pays. C'est une aberration écologique qui n'apporte rien à la société, posant bien plus de problèmes qu'il n'en résout.
Il faut chercher des solutions, sinon ça risque d'apporter d'autres problèmes.
0  0